et 2015-05-08

Né à Lisbonne dans la première moitié du 19e siècle, le Fado incarne l’âme portugaise. Il apparait en France dans les années  1960-70, avec l’arrivée des migrants portugais. Sait-on que Paris est aujourd’hui la troisième ville du Fado dans le monde ?

Le Fado nait au début du 19e siècle dans les quartiers pauvres de Lisbonne. Porté par le croisement des populations vivant à proximité du port, il vogue au fil du siècle vers le Tango argentin, les musiques du Brésil ou du Cap Vert, s’amarre à la fin du 19e siècle dans les salons ou, joué au piano, il flirte avec les musiques de l’Est, la Polka, la scottish. Plus tard il se nourrira de l’influence du Flamenco et des chants arabo-andalous.
Joué dans les rues et les tavernes, le Fado se transmet oralement de générations en générations jusqu’à finalement incarner « l’âme portugaise ».
Abimé par la dictature de Salazar et l’instrumentalisation des 3F (Fatima, Football, Fado), le Fado se trouble à l’époque même où brille sa plus belle étoile, Amalia Rodriguez. Contre vents et marées, il retrouve un second souffle dans les années 90 avec Mariza, Mísia, Camané, une nouvelle génération de chanteurs appréciés dans le monde entier.

Un vent nouveau venu du sud
Dans les années soixante, l’arrivée d’environ 600 000 migrants portugais ouvre la voie au Fado en France. Un vent du sud souffle sur Paris qui devient alors une plateforme de la culture portugaise. Elle représente aujourd’hui la troisième ville du Fado dans le monde.

Les pionniers s’expriment, comme à Lisbonne, dans les bars, les restaurants, les associations, soutenus par une communauté lusophone fidèle à ses racines.
La seconde génération donne naissance à une nouvelle école « Française ». L’avenir du Fado se dessine en effet aujourd’hui aussi à Paris, comme l’atteste le dynamisme des artistes, amateurs et professionnels qui, sur le pont, loin des scènes nationales, font vivre au quotidien cette tradition musicale deux fois centenaire, inscrite par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité.

POUR ALLER PLUS LOIN
LE COIN DU FADO : Le blog de Jean-Luc Gonneau consacré au Fado. Les artistes, les adresses, les dates : incontournable.
FILIPE DE SOUSA : Talentueux joueur de guitare portugaise et figure du Fado parisien. Vous le rencontrerez sur les scènes de Paris et de Banlieue, lors de concerts ou de spectacles qu’il compose. Écoutez son dernier disque ici.
LE FADO : Un livre+CD d’Agnès Pellerin pour aller plus loin dans la connaissance de cet Art.

fado

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*