e-passeur.com

0
149 views
Fehmi Karaarslan, photographies de répétition : © Istanbul Theatre Festival – Ali Guler.

C’est la fin des Nations-Unies. Les pays n’existent plus, les citoyens sont devenus des réfugiés qui errent en fonction des conflits et des catastrophes écologiques. Le seul vrai puissant est désormais un passeur qui, via son réseau, surveille les frontières que l’on redessine chaque jour.

Le réfugié n’a plus que son smartphone comme lien au monde : il va entrer en contact avec son passeur sur Facebook, trouver son chemin via Google Map, parler à sa famille par Skype, se tenir informé des dangers qui attendent les réfugiés sur WhatsApp, suivre les changements politiques dans son pays par Twitter. Pendant qu’il traversera terres et mers, le passeur virtuel lui montrera le chemin. Nous suivrons, parmi ces milliards d’apatrides numériques, trois femmes à travers leur cyber-identité.

François Roman-Sorroche, conçoit un dispositif audiovisuel, élément central de la mise en scène, qui permet la projection d’une multitude d’écrans de smartphones, incarnant les personnages et les situations.

La pièce a été initialement créée en langue turque lors du Festival International de Théâtre d’Istanbul en mai 2016. Elle est adaptée en langue française à l’occasion d’une résidence au Théâtre du Peuple de Bussang dans les Vosges (juillet 2017). Elle est programmée au théâtre le Liberté à Toulon (septembre 2017), à l’auditorium de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (octobre 2017) puis au théâtre Jean-Vilard à Suresnes (mars 2018).

Sedef Ecer : texte et mise en scène.
Avec Estelle Meyer, Fehmi Karaarslan et Richard Dubelski.
François Roman : vidéos.
Richard Dubelski : musique.
Leyla Okan : Costumes.
Yüksel Aymaz et Morgane Rousseau : lumières.

RÉPONDRE

Please enter your comment!
Votre nom